Unite demande à Ofgem de plafonner les bénéfices des distributeurs d’électricité

Les entreprises chargées d’apporter l’électricité aux foyers britanniques ont été accusées de “profits rampants” par un syndicat de premier plan qui demande au régulateur de l’énergie de plafonner leurs revenus.

Sharon Graham, secrétaire générale d’Unite, a écrit à Ofgem pour lui demander de réprimer les bénéfices “excessifs” générés par les opérateurs de réseaux de distribution d’électricité régionaux (DNO), qui ont engrangé 15,8 milliards de livres sterling de bénéfices l’année dernière et ont versé 3,6 livres sterling. milliards de dividendes entre 2017 et 2021.

Dans la lettre à Ofgem, qui a été vue par le Guardian, Graham a déclaré que les six opérateurs “tenaient le public en rançon depuis trop et trop longtemps” et a appelé à une récente consultation sur le montant qu’ils pourraient facturer aux fournisseurs d’énergie, et finalement les consommateurs, à rouvrir.

Graham veut qu’Ofgem, qui a été condamné pour sa gestion de la crise énergétique, révise ses politiques pour renforcer les contrôles sur les GRD. “Il est temps de fixer un plafond clair sur les bénéfices pour aider à donner aux consommateurs l’assurance que leurs factures d’énergie sont justes et pas simplement un véhicule pour profiter des propriétaires de réseaux énergétiques”, a-t-elle déclaré.

Les recherches de Common Wealth, un groupe de réflexion, montrent que les DNO ont des marges bénéficiaires plus élevées que tout autre secteur au Royaume-Uni, et s’attendent à ce que les opérateurs enregistrent des marges bénéficiaires de plus de 50 % en 2022. Le groupe de réflexion affirme que les consommateurs paient pour que les monopoles privatisés récompensent leurs investisseurs.

Le gouvernement a réduit les bénéfices des producteurs de pétrole et de gaz de la mer du Nord et a introduit une taxe sur les « rendements excédentaires » réalisés par les producteurs d’électricité, y compris les parcs éoliens et les centrales nucléaires.

Cependant, les profits des GRD – qui transportent l’énergie mais ne la vendent pas – n’ont pas été à l’ordre du jour politique. Leurs revenus n’ont pas été gonflés par les prix de gros élevés du gaz, mais les frais facturés aux consommateurs par le biais des coûts de réseau ont augmenté.

L’Ofgem établit des contrôles de prix sur les revenus des monopoles pendant des périodes de cinq ans pour s’assurer que les entreprises exploitent des réseaux efficaces et sont incitées à investir dans leur amélioration.

En 2019, le régulateur a reconnu que le coût pour les consommateurs du transport était “plus élevé qu’il ne le fallait” et que les marges bénéficiaires étaient “vers le haut de nos attentes”. Les ménages moyens ont payé 214,35 £ pour la distribution de gaz et d’électricité en 2021, a-t-il déclaré.

La période actuelle de contrôle des prix du réseau se termine en avril, la prochaine période de cinq ans commençant ensuite. Ofgem doit prendre ses décisions finales sur les prix le 30 novembre après une consultation avec l’industrie, qui a commencé avant la crise énergétique.

Dans sa lettre au directeur général d’Ofgem, Jonathan Brearley, Graham a demandé au régulateur de rouvrir la consultation.

Dans le cadre de son appel à un plafond des revenus, elle a cité les bénéfices de UK Power Networks (UKPN), qui distribue de l’électricité à 8,3 millions de foyers et d’entreprises à Londres, dans l’est et le sud-est de l’Angleterre. L’analyse de Common Wealth montre que la société a réalisé 2,4 milliards de livres sterling de bénéfices au cours des quatre dernières années.

Le plus grand distributeur d’électricité du Royaume-Uni, qui appartient à CK Hutchison, la société holding basée à Hong Kong qui possède également le port de Felixstowe, a versé 1 milliard de livres sterling de dividendes aux actionnaires au cours de la même période. CK a acheté UKPN pour 5,5 milliards de livres sterling en 2010 et une vente de 15 milliards de livres sterling du DNO à un consortium s’est effondrée cet été en raison d’inquiétudes concernant le prix.

Au cours des quatre dernières années, Northern Powergrid, qui compte 3,9 millions de clients dans le nord-est de l’Angleterre et dans le Yorkshire, a réalisé un bénéfice de 1 milliard de livres sterling, et Electricity North West a réalisé 323 millions de livres sterling, distribuant 212 millions de livres sterling aux actionnaires. Northern Powergrid n’a pas versé de dividende au cours de la période, mais l’a fait en 2015 (100 M£) et en 2017 (50 M£).

Dans sa lettre, Graham a déclaré: «Ofgem est un régulateur qui ne réglemente pas. Il est temps que cela change. Combien de temps le public devra-t-il payer pour profiter de réseaux comme UK Power Networks ? Il est temps de débrancher les profiteurs de l’énergie.

Un porte-parole d’UKPN a déclaré que son coût pour le client était de 98 £ en moyenne, “l’un des plus bas de tous les distributeurs d’électricité britanniques et une baisse en pourcentage de la facture d’électricité globale d’environ 15 % en termes réels sur la période 2023-28. ”. La société a investi 6,4 milliards de livres sterling sur 11 ans dans les réseaux, a-t-il déclaré.

Ofgem a déclaré: “Nous ne pensons pas qu’il serait dans l’intérêt des consommateurs de retarder la mise en œuvre du contrôle des prix.”

Un porte-parole de l’Energy Networks Association, qui représente les opérateurs de réseaux énergétiques, a affirmé que les chiffres d’Unite étaient “trompeurs” et que les retours sur investissement reflétaient fidèlement la rentabilité. “Les entreprises du réseau sont autorisées, par Ofgem, à gagner environ 5% sur leurs investissements et les chiffres suggérés ne reflètent pas les coûts associés à ces investissements essentiels”, a-t-il déclaré.