Revue des médias: L’UFC souffle la boxe hors de l’eau – encore une fois

Je suis DÉSOLÉ, mais je vais redevenir ce type. Le week-end dernier, plusieurs cartes de boxe ont eu lieu à travers le monde et ont été diffusées sur différentes plateformes, à savoir Sky Sports, BT Sport, DAZN et FITETV. Pour les fans du sport, il y avait de quoi se mettre sous la dent.

Samedi soir, il y avait aussi l’UFC 281, qui s’est déroulé au Madison Square Garden de New York. C’était une carte mémorable avec des sensations fortes, des déversements et ce que je ne peux qu’imaginer étaient des factures d’électricité très élevées.

Cette seule carte UFC a complètement fait sauter chaque spectacle de boxe hors de l’eau. En fait, ce que la boxe avait à offrir en comparaison était presque embarrassant.

En toute honnêteté, ce n’est pas vrai de tout ce qui s’est passé dans la boxe au cours du week-end; Sunny Edwards a réalisé une performance impressionnante, Natasha Jonas a été brillante et Nick Ball a produit une finition tonitruante au premier tour. Denzel Bentley a également posé de nombreuses questions à Janibek Alimkhanuly dans un combat étonnamment difficile.

Mais ce ne sont pas les combats qui ont dominé les gros titres. L’attention s’est portée sur Floyd Mayweather. Il est allé au combat d’exhibition entre Ricky Hatton et Marco Antonio Barrera. Et cela s’est traduit par la disqualification farfelue de Montana Love contre Stevie Spark.

Mayweather participait à une exposition contre un YouTuber nommé Deji. Il a eu lieu à Dubaï et était sur DAZN PPV – oui, les gens devaient payer un supplément pour cela. Tout l’événement était ridicule. Mayweather, ne prenant manifestement pas les choses au sérieux (et pourquoi devrait-il le faire ?), Dansait autour du ring et semblait avoir le temps de sa vie. Il y a des clips faisant le tour des médias sociaux de Mayweather lançant des coups de poing à Deji qui auraient à peine bosselé un oreiller.

Tommy Fury était sur la sous-carte, bien que son combat prévu ait été remplacé par une exposition parce qu’il était en surpoids. Jake Paul était au bord du ring et a travaillé sur une partie des commentaires, bien qu’il ait principalement crié des jurons à Fury. Cela a rendu furieux le père de Tommy, John, qui a arraché sa chemise et a essayé de combattre Paul sur-le-champ.

Hatton et Barrera, sans surprise, se sont comportés avec beaucoup plus de respect et ils ont reçu ce retour des fans, des experts et des commentateurs au bord du ring. Leur combat n’a jamais été annoncé comme autre chose qu’une exposition – et le débrayage du cadre zimmer de Hatton était un point culminant particulier – mais il s’agissait toujours de deux icônes du sport qui se frappaient à la tête alors qu’elles devraient simplement profiter de la retraite.

L’exposition était sur Sky Sports et a éclipsé l’événement principal facturé, qui a vu Jonas faire une fois de plus ses preuves au niveau mondial.

Puis, encore une fois sur DAZN, il y a eu la débâcle avec Love and Spark. Love avait été abandonné au début du combat et au sixième round, il avait percuté Spark, le forçant finalement à traverser les cordes et à sortir du ring. Love a ensuite été disqualifié et Spark a été déclaré vainqueur.

Cet appel de l’arbitre aurait peut-être été un peu dur mais, de toute façon, ce fut une fin très décevante pour ce spectacle particulier.

Ce que ce week-end a encore prouvé, c’est que la boxe devient la risée. Au lieu que les meilleurs combattent les meilleurs, les diffuseurs et les promoteurs proposent des espars glorifiés de célébrités et des tournées de retraite.

Le football a la Coupe du monde qui commence ce week-end. La NFL continue d’être un géant mondial et organise le Super Bowl chaque année. L’UFC organise régulièrement d’énormes événements – dont un à Perth l’année prochaine – tous les quelques mois et établit de véritables superstars du combat.

À quoi devons-nous nous attendre, en tant que fans de boxe, en ce moment ? Il n’y a rien dans le programme pour vous épater. Oui, il y a de bons matchs, mais les superproductions ne se produisent pas. Il n’est pas étonnant que des événements comme Mayweather-Deji attirent autant l’attention – il n’y a rien d’autre à dire.

Marco Antonio Barrera, Ricky Hatton et Wayne Rooney (Ethan Miller/Getty Images)

Sites Internet

Le WBC a récemment tenu sa convention annuelle au Mexique et a annoncé une série de nouvelles politiques, classements et combats qu’ils ont “commandés”. Ce qui a également été révélé, c’est que l’organisme de sanction a pris sur lui de changer le résultat d’un combat qui s’est produit il y a plus de 30 ans.

Il a été annoncé que le WBC avait annulé la décision de la première rencontre entre Jeff Fenech et Azumah Nelson en 1991 et avait maintenant déclaré Fenech vainqueur. Le combat était pour le titre WBC des super-poids plume, que Fenech a maintenant reçu rétroactivement.

Alors que Fenech aurait dû lever la main lors de cette nuit controversée de 1991, le WBC crée un précédent alarmant avec cette dernière décision. Si les organismes de sanction peuvent maintenant simplement décider qui, selon eux, devrait être – ou aurait dû être – champion du « monde » (en utilisant des critères qui n’ont pas été expliqués), alors quel est l’intérêt d’utiliser des juges formés ? Ou des arbitres ? Il suffit de laisser deux combattants l’affronter, de le filmer, puis de le montrer à Mauricio Sulaiman dans quelques années et de lui faire décider qui est le vainqueur.

À son crédit, Nelson a répondu à la décision du WBC avec classe: «Je ne suis pas inquiet de la décision, car cela ne changera pas mon héritage dans l’histoire de la boxe, et cela ne changera rien à l’avenir. Si cela peut aider Jeff Fenech à bien dormir la nuit, je suis content pour lui”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Cela n’a pas fait l’objet d’une énorme couverture, mais l’ancien champion britannique et du Commonwealth des poids légers et lourds Callum Johnson a récemment annoncé sa retraite de la boxe professionnelle. Ce qui est remarquable dans son annonce, c’est à quel point elle était honnête – il a ouvertement admis que des problèmes de discipline et des problèmes de santé mentale l’ont retenu dans le sport.

C’est quelque chose de spécial pour un athlète de reconnaître que son esprit ne fonctionne pas de la manière dont il a besoin pour réussir dans son sport et d’agir ensuite. Johnson ne mérite rien d’autre que le meilleur à la retraite.

Boxe sur la boîte

19 novembre

Liam Davies-Ionut Baluta

BTSport 1

La couverture commence à 19h

20 novembre

Jaime Munguia-Gonzalo Gaston Coria

DAZN

La couverture commence à 12h