Nous devons agir maintenant pour mobiliser le financement climatique — Enjeux mondiaux

Des centaines de semis de mangrove poussent dans une petite baie d’une île au sud de l’île principale de Fidji, Viti Levu. Les pays insulaires du Pacifique sont vulnérables au changement climatique et ont besoin de ressources pour s’adapter. Crédit : Tom Vierus/Climate Visuals
  • Opinion par Labanya Prakash Jena (Charm el-Cheikh)
  • Service Inter Presse

Le FMI estime que les pays insulaires océaniens ont besoin d’un investissement supplémentaire d’une moyenne de 9 % du PIB pour développer des infrastructures résilientes au changement climatique au cours des dix prochaines années. Les infrastructures résilientes au changement climatique de certains pays ont besoin de plus de 10 % de leur PIB. Cependant, une telle mobilisation de capital est impossible pour la région avec un faible revenu par habitant, une économie volatile, un manque d’espace budgétaire et un faible taux d’épargne. Par ailleurs, ces pays se sont également engagés sur des objectifs ambitieux de décarbonation de leurs économies.

Dans ce scénario, la mobilisation internationale des financements climatiques est essentielle pour rendre la région résiliente et prospère. Plus le retard dans la construction des infrastructures résilientes au changement climatique est long, plus le coût est élevé et plus le risque d’exposer ces pays à des événements extrêmes pendant une longue période est élevé.

S’attaquer aux goulots d’étranglement

Il existe deux principaux goulots d’étranglement aux flux climatiques internationaux : la structure institutionnelle et le manque de capacités à différents niveaux. La structure institutionnelle de la région PIC souffre de capacités administratives et financières limitées, d’une gestion et d’une responsabilisation inadéquates des programmes, et d’un système d’audit obscur pour mobiliser le financement climatique public international.

En outre, ces pays n’ont pas la capacité de concevoir et de structurer des projets et de développer une réserve de projets d’adaptation au climat solide et tangible. En outre, la région n’alloue pas stratégiquement les capitaux disponibles, y compris les dépenses budgétaires, les financements climatiques internationaux, l’aide au développement et les financements privés. L’objectif premier des institutions internationales doit être de relever rapidement ces défis.

Options pour le financement climatique international : Subventions, dette, fonds propres

Le PIB total de la région PIC n’est que d’environ 10 milliards de dollars, avec un revenu moyen par habitant d’environ 4 000 dollars et un taux de formation brute de capital de 20 %, selon la Banque mondiale. Cela se traduit par une mobilisation maximale de capitaux nationaux de 2 milliards USD par an. Parallèlement, le FMI estime que la région a besoin d’un capital supplémentaire de 1 milliard de dollars par an pour investir dans les infrastructures de résilience climatique.

Le capital de subvention international est la seule option pour financer des projets d’adaptation au climat dans la région. La raison en est que toute forme de capital d’emprunt, même sous forme de capital d’emprunt concessionnel à long terme, n’est pas économique. La région PIC ne peut pas rembourser la dette et il est peu probable que la taille économique de la région augmente à un rythme rapide à l’avenir pour rembourser la dette.

Bien que les principales sources de financement climatique international de la région – le Fonds vert pour le climat (GCF), la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD) – accordent des subventions, ce n’est que pour la préparation de projets et le développement des capacités. Ces financeurs fournissent majoritairement du financement par emprunt, bien qu’à un meilleur taux que les financeurs privés.

Cependant, la faible capacité de service de la dette de la région les arrête, mobilisant des capitaux étrangers. C’est encore plus problématique si le capital de la dette est en devise étrangère (par exemple, USD) – les emprunteurs sont confrontés à d’énormes devises étrangères en raison de la dévaluation attendue et inattendue de la devise locale, et les emprunteurs sont confrontés à un risque de change.

Les fonds propres ne sont pas la meilleure forme de financement pour les projets d’adaptation au climat. Contrairement aux projets d’atténuation du changement climatique, ils ne génèrent pas de flux de trésorerie clairs car les bénéficiaires sont difficiles à identifier pour monétiser les projets d’adaptation au climat. Par conséquent, les fonds propres ne sont pas une source efficace de capital pour les projets d’adaptation au changement climatique.

L’allocation stratégique du capital est essentielle

Contrairement aux pays développés et en développement, la région PIC ne dispose pas d’un secteur financier et bancaire national solide et attire rarement des capitaux étrangers pour des investissements à grande échelle. Il est donc vain de s’attendre à ce que des flux de financement privés à grande échelle comblent les lacunes de financement de leurs actions climatiques.

De plus, la nature de biens publics des projets d’adaptation au climat n’attire pas les financeurs privés. Par conséquent, le financement public, y compris les dépenses budgétaires en capital du gouvernement, le financement climatique international et les autres aides au développement doivent être dépensés judicieusement.

L’essentiel est d’allouer stratégiquement le capital disponible et d’aligner les besoins des projets sur les mandats des finances publiques. L’un des moyens les plus efficaces consiste à découper le financement climatique dans un portefeuille distinct et à décider où et comment le capital serait utilisé dans divers projets d’adaptation au climat.

En outre, les divisions du changement climatique de ces pays peuvent travailler en étroite collaboration avec le ministère des Finances pour intégrer l’adaptation au climat dans les plans de développement nationaux et les politiques sectorielles et intégrer les perspectives du changement climatique dans la prise de décision économique. Les pays peuvent également avoir besoin d’identifier les projets qui offrent le double avantage de la migration climatique et de l’adaptation, ce qui attire beaucoup l’attention sur les financeurs mondiaux du climat.

Par exemple, la séquestration du carbone basée sur la nature grâce à la conservation des océans, à la foresterie et à la nature (zones humides, prairies) séquestre le carbone, offre des boucliers naturels et protège la vie humaine et les propriétés lors d’événements météorologiques extrêmes. Les investisseurs à impact mondial trouveront ces projets attrayants car ils aident la région à devenir résiliente au climat et à créer un bien public mondial, aidant tout le monde, y compris le pays du financeur.

Aller de l’avant

Les institutions internationales doivent aider les pays insulaires du Pacifique à renforcer leurs structures administratives et financières pour une meilleure transparence et responsabilité, ce qui peut aider les pays insulaires océaniens à accéder au capital public mondial. En outre, les gouvernements de la région doivent allouer stratégiquement le financement climatique, hiérarchiser les actions climatiques dans la prise de décision, intégrer les projets d’adaptation aux plans d’action nationaux sur le climat et identifier les projets appropriés offrant à la fois des avantages d’atténuation et d’adaptation au climat.

Les institutions internationales peuvent également aider les pays à identifier et à concevoir des projets pour développer des projets de réserve de financement. Il est urgent de développer les capacités institutionnelles et locales pour répondre aux besoins des activités économiques liées au changement climatique dans la région. Mais si elle est résolue, la région pourra enfin progresser dans la résolution des problèmes d’adaptation auxquels elle est confrontée en raison du changement climatique.

  • Labanya Prakash Jena est le conseiller régional du Commonwealth en matière de financement climatique pour la région indo-pacifique.

IPS Bureau des Nations Unies


Suivez IPS News Bureau des Nations Unies sur Instagram

© Inter Press Service (2022) — Tous droits réservésSource originale : Inter Press Service