L’insurrection et la négligence nuisent aux secours après les inondations dans la province pakistanaise

GANDAKHA, Pakistan — Maryam Jamali aurait dû préparer un examen d’économie. Au lieu de cela, l’adolescente de la province pakistanaise du Baluchistan, touchée par les inondations, aidait à organiser des cliniques post-partum et des abris pour les personnes négligées par les efforts de secours.

Le Balouchistan est la province la plus grande et la plus pauvre du Pakistan, en proie au sous-développement, à la mauvaise gouvernance, à la corruption et à une insurrection de longue date. Lorsque des inondations catastrophiques ont submergé de vastes étendues du Pakistan cet été, environ 75% de la population du Balouchistan a été touchée, la plus grande proportion de toutes les provinces du pays.

Pourtant, la reprise ici a été plus lente et les habitants disent qu’ils paient le prix d’années de négligence de la part du gouvernement local et central. Les formalités administratives empêchent les travailleurs humanitaires internationaux d’atteindre les zones dévastées. Une grande partie de l’infrastructure pré-inondation déjà délabrée a été emportée, ce qui entrave davantage les efforts d’aide.

Les gens pataugent encore dans l’eau jusqu’à la taille ou flottent sur des radeaux à travers les champs du Balouchistan. Sur la route trouée et fracassante menant au village de Jamali, il y a de profondes ornières creusées par des habitants désespérés pour libérer les eaux de crue piégées. Il s’agit d’un trajet en voiture inconfortable autour des zones inondées de la province, bien qu’il ne soit pas impossible ou inaccessible au point d’être une raison de la lenteur de l’aide.

C’est un contraste avec la province voisine du Sindh, un centre agricole, commercial et manufacturier. Au plus fort des inondations, les habitants de la ville de Sukkur, dans le Sindh, ont utilisé des bateaux sur des routes submergées. Mais des pompes ont été installées pour évacuer l’eau, et maintenant il y a peu de signes que la ville ait jamais été inondée.

Le Balouchistan n’était pas aussi préparé, malgré les catastrophes qui le frappaient souvent. Il y a eu de graves inondations en 2010 et 2011. La région aride a normalement de faibles précipitations, mais toute pluie dans cette région montagneuse peut provoquer des crues soudaines.

Jamali, son père et des dizaines de bénévoles ont aidé plus de 20 000 survivants des inondations depuis la mi-juin.

“Nous n’avons vu aucune organisation internationale venir ici”, a déclaré Jamali, 19 ans. “Peut-être qu’ils pensent que c’est un endroit effrayant. Ce n’est pas le cas, c’est juste un manque d’effort de leur part. Il est difficile de naviguer dans la bureaucratie. À cause de tous ces obstacles, ils ne sont tout simplement pas venus ici cette fois.

Un canal de drainage non loin de son village illustre ce que les habitants disent être une infrastructure qui protège le Sind aux dépens du Balouchistan.

L’eau de la ville de Gandakha au Balouchistan est censée être drainée vers le Sind par le canal. Mais une seule des cinq portes du canal est ouverte. Le ciment scelle le reste. Quelqu’un a écrit en ourdou « Pour l’amour de Dieu, ouvrez-le » sur l’un des murs du canal. Les eaux de crue étouffaient la ville à un moment donné, a déclaré Jamali.

Le Balouchistan n’est pas un poids lourd politique ou économique et n’a pas de patron politique comme les autres provinces. Le Sindh est la base du pouvoir de la dynastie Bhutto. Le Pendjab est le siège d’un Premier ministre passé et actuel et contribue le plus au PIB du Pakistan, et Khyber Pakhtunkhwa est un bastion de l’ancien Premier ministre Imran Khan.

Bien que la plus grande province du Pakistan, le Baluchistan soit la moins peuplée, composée en grande partie de hautes montagnes. C’est aussi un centre pour la petite minorité ethnique baloutche du pays, qui dit être victime de discrimination de la part du gouvernement central. Cela a alimenté une insurrection séparatiste exigeant l’indépendance.

Le gouvernement affirme avoir largement réprimé les insurgés, mais la violence persiste, avec de fréquents raids des forces de sécurité et des contre-attaques des insurgés. Mais le point d’éclair le plus proche se trouve à plusieurs heures de route des zones touchées par les inondations.

La politicienne locale Sana Baloch affirme que l’accent a été mis sur le Sindh et qu’il existe une politique de porte fermée pour le Balouchistan, utilisant injustement l’insurrection comme excuse.

“Les agences et groupes internationaux sont prêts à soutenir les gens, mais ils ne sont pas bien accueillis par le gouvernement fédéral”, a déclaré Baloch. “Ils ne sont ni encouragés ni autorisés à venir ici.”

Mais les autorités locales ont également été critiquées pour ne pas avoir fait grand-chose alors même que l’ampleur de la crise augmentait.

Dans le district de Sohbat Pur, Muhammad Ismail reconstruit sa maison détruite tandis que sa famille vit au bord de la route.

“Personne n’est venu ici pour nous aider”, a déclaré Ismail, un père de cinq enfants âgé de 28 ans. “Nous avons nous-mêmes drainé les eaux de crue – sans aucune machinerie – de cette parcelle de terrain, nous avons donc un endroit où nous asseoir.”

Un responsable de l’autorité de gestion des catastrophes du Baloutchistan, Naseer Nasir, a déclaré que le gouvernement central avait fourni des fonds suffisants qui étaient distribués localement. Il a également déclaré que l’autorité avait transmis les plaintes des gens au gouvernement provincial.

Les tentes des organisations caritatives pakistanaises peuvent être vues dans les zones touchées par les inondations. En raison d’obstacles bureaucratiques, les ONG étrangères s’associent à des organisations locales, qui n’ont pas besoin de permis pour leur travail, a déclaré Huzaifa Rafique, d’une organisation caritative pakistanaise, Baitussalam.

Abdul Shakoor d’un autre organisme de bienfaisance, AlKhidmat, a déclaré avoir accueilli au moins 90 délégations étrangères différentes. Il a déclaré que certaines ONG internationales craignaient de se rendre au Balouchistan en raison de problèmes de sécurité.

Le manque de développement social de la province ne fait qu’aggraver l’impact de la catastrophe. La pauvreté oblige les gens à vivre dans les plaines inondables, tandis que l’analphabétisme les empêche de s’adapter aux effets du changement climatique, a déclaré Rafique.

Bien que la province reçoive des dizaines de millions de dollars pour des travaux de développement – la Banque mondiale y avait un portefeuille de 250 millions de dollars en 2019 – ses indicateurs de développement humain sont désastreux. Le taux de mortalité maternelle est de 298 pour 100 000 naissances vivantes, le plus élevé du Pakistan. Son taux d’alphabétisation est d’environ 40% et 40% de sa population vit dans la pauvreté, les deux taux les plus élevés du pays. Des informations inégales sur le Balouchistan, aux niveaux local, national et international, signifient que les chiffres précis et à jour sont rares.

“La différence entre une personne instruite et une personne analphabète dans la vie de tous les jours, c’est qu’il sait comment obtenir de l’aide, il sait comment se connecter à la configuration”, explique Shakoor. “Dans les années à venir, l’accent devrait être mis sur l’éducation des enfants baloutches.”

Les perspectives d’une réhabilitation durable sont sombres ; Jamali dit qu’un habitant de Gandakha vit dans une tente de secours depuis 12 ans, depuis les inondations de 2010.

“Ce n’est pas la même tente, c’est sa deuxième, mais il est toujours dans une tente”, a-t-elle déclaré.