Le Parlement britannique élabore un plan pour exclure les députés accusés de faute grave – POLITICO

LONDRES – Les autorités parlementaires du Royaume-Uni ont pour la première fois ouvert la voie à l’interdiction des députés qui font face à de graves allégations criminelles de Westminster.

La Chambre des communes aurait le pouvoir d’interdire formellement les députés accusés d’agressions violentes ou sexuelles du domaine parlementaire, dans le cadre de plans envisagés par l’organe directeur des Communes.

À l’heure actuelle, les députés faisant face à des allégations d’agression sexuelle devraient conclure un accord informel avec les whips et le président de la Chambre des communes pour se tenir à l’écart du Parlement, mais il n’y a aucun moyen de le faire respecter. Le personnel parlementaire, les syndicats et les militants des droits des victimes soutiennent depuis longtemps que cela ne va pas assez loin, mais les tentatives précédentes de création d’un barreau formel ont échoué.

L’année dernière, Imran Ahmad Khan, un ancien député conservateur emprisonné pour avoir agressé sexuellement un enfant, s’est présenté au parlement en attendant son procès alors qu’il s’était engagé à rester à l’écart des lieux.

La Commission de la Chambre des communes consultera sur les propositions avant de prendre une décision au début de l’année prochaine, selon le procès-verbal de leur dernière réunion. Selon le plan, les députés seraient également interdits de réclamer des frais de voyage jusqu’à ce que l’affaire contre eux soit résolue.

En avril, un groupe multipartite de députés du comité de procédure de la Chambre des communes a exclu une enquête sur la question, invoquant la difficulté de trouver un mécanisme approprié et le danger de briser la confidentialité des enquêtes.

Les experts procéduraux estiment que le changement de règle proposé devrait être approuvé par les députés, mais qu’il ne nécessiterait pas de législation.

Mike Clancy, secrétaire général du syndicat Prospect, a salué cette décision comme “un progrès vers la transformation du parlement en un lieu de travail adapté au 21e siècle”, mais a déclaré qu’il était “décevant” que la Commission ne soit pas disposée à envisager l’exclusion du point d’arrestation.

Jenny Symmons, présidente de la branche GMB du personnel des députés, a déclaré que ce serait “une étape cruciale pour protéger la communauté parlementaire et les membres vulnérables du public”.