La crise des compétences – The Hugh Hewitt Show

ven. 18 nov. 2022 | Par John Schröder

La crise des compétences

En lisant le “non-expliquant” de Jim Geraghty sur le fiasco FTX ce matin, j’ai eu un sentiment accablant – des enfants prétendant être des adultes. Tout cela ressemble à un groupe d’enfants pensant qu’ils savent tout – ce que font à peu près tous les enfants du monde. Leurs actions étaient-elles frauduleuses ? Ouais, ça y ressemble, mais ça ne sent pas comme un gars ou un groupe de personnes qui se sont mis à frauder les marchés, ça sent juste l’incompétence – l’incompétence totale.

Ma propre entreprise souffre d’un manque massif de compétences dans de nombreuses entités avec lesquelles nous faisons affaire. Cela va d’individus qui n’ont aucune compréhension de ce qu’ils sont chargés de faire à des systèmes entiers en panne – en particulier dans les agences de réglementation. Je suis impliqué dans une situation de solde extrêmement et significativement en souffrance en ce moment dont je suis convaincu qu’elle n’a rien à voir avec un manque de désir de payer et simplement un manque de compétence chez toutes les personnes impliquées, du commis aux comptes créditeurs à son patron, à son patron, sans parler de la personne qui a engagé les frais pour commencer.

Le pays connaît une crise des compétences.

Bien avant que la pandémie ne la mette en surbrillance, l’éducation était en déclin, ce qui constituait une incompétence.

La Bible dit: “Comme le fer aiguise le fer, Ainsi l’un en aiguise l’autre.” Avec le travail à distance, il n’y a pas d’affûtage en cours. Les individus stupides sont incompétents.

Les raisons du manque de compétence sont légion. Mais peut-être le facteur le plus corrosif est-il qu’au nom de la « gentillesse », nous tolérons l’incompétence plutôt que de la corriger. C’est comme si nous pensions que les gens ont « droit » à leur incompétence.

Vous avez entendu parler de la fin de la méritocratie, mais c’est une question de leadership – c’est tout simplement la fin du mérite.

Il est temps d’exiger la compétence de ceux avec qui nous travaillons, sinon tout va s’effondrer.