Des millions de Nigérians risquent la famine à la suite des pires inondations de la décennie | Nouvelles du monde

Le Nigeria a été soumis en octobre aux pires inondations de la décennie, qui ont fait plus de 600 morts et environ un million de déplacés.

Parallèlement aux centaines de milliers de maisons détruites, d’immenses étendues de terres agricoles du pays ont été dévastées par la montée des eaux. Yousra Elbagir de Sky News s’est rendue dans le pays pour voir les difficultés rencontrées à la suite du déluge.

Des gens pataugent sur des routes inondées à Bayelsa, au Nigeria, le 20 octobre 2022.
Image:
Scènes en octobre lorsque les inondations étaient à leur paroxysme

Le soleil tape sur un champ de l’État nigérian de Benue.

Trois jeunes enfants sont penchés sur des monticules de balles de riz en décomposition. À quelques mètres de là, leur mère passe du grain entre ses mains avec un bébé sur le dos. La famille fouille dans la pourriture pour tous les restes de riz qu’ils peuvent moudre à la maison pour se nourrir après que leurs fermes ont été emportées.

C’est la réalité de la vie dans le panier alimentaire du pays. Des précipitations sans précédent ont provoqué des inondations dévastatrices qui ont tué au moins six cents personnes dans tout le pays et laissé plus d’un million de sans-abri. C’est la pire inondation que le Nigeria ait connue depuis plus d’une décennie.

Image:
Les rizières ont été dévastées par les inondations
Image:
Scènes au marché local

Le pays est habitué aux inondations saisonnières, mais cette année a été nettement pire. Maintenant que les inondations sont terminées, les Nigérians sont confrontés au fait que ce ne sont pas seulement des vies et des maisons qui ont été perdues, mais aussi des pans entiers des meilleures terres agricoles du pays.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

La faim se resserre au Nigeria après des inondations meurtrières

Aujourd’hui, la rivière Bénoué s’est retirée, mais le mal est fait. Près de 20 millions de Nigérians sont désormais confrontés à l’insécurité alimentaire.

« Je produisais un peu plus d’une tonne de riz par jour. L’arrivée des inondations nous a tellement affectés – même un à deux sacs que nous ne pouvons même plus moudre par jour maintenant », explique Bridget Owoloyi, qui transforme le riz depuis 2015.

Image:
La quantité de riz transformé a considérablement diminué

L’Agence de gestion des urgences de l’État de Benue indique qu’il faudra encore au moins deux mois pour que les communautés agricoles soient indemnisées.

Les services de l’État ont longtemps été décrits comme débordés depuis le début des affrontements entre agriculteurs et éleveurs il y a quatre ans.

Au moins 1,5 million de personnes ont été déplacées par le conflit et beaucoup font face à encore plus de pertes à la suite des inondations.

Plants de riz détruits
Image:
Plants de riz détruits

“Cette ferme est en location. Ma maison ancestrale est une zone interdite à cause des attaques des bergers contre nous”, explique Jila Barnabas.

Maintenant, sa ferme louée est désolée.

“Des milliers d’hectares de riz sont emportés”, ajoute-t-il.

Le désespoir du fermier – un signe de la faim à venir.